Biennale de la poésie 2020

Il y a un virus qu’il est bon d’attraper en souhaitant qu’il ne nous quitte jamais :
c’est le virus de la poésie.
La poésie c’est avant tout une philosophie de vie, une façon d’aborder tous les sujets du vivant avec curiosités et élans.
La poésie nous protège, nous défend et nous soigne.
C’est pour cela qu’en ces temps de confinements nous avons opté pour la proposition d’une édition de la biennale de la poésie avec les écrans comme fenêtre vers ce qui se passe à Lizières.
Lizières, centre de cultures et de ressources, est à l’origine de la biennale.
La première édition était dédiée à la zone fertile qu’il peut y avoir entre poésie et philosophie.
Pour celle-ci c’est l’espace entre poésie et bande dessinée que nous proposons aux artistes qui viennent en résidences à Lizières pour cette occasion.
Nous vous proposons ici un regard sur leurs travaux en attendant de vous recevoir bientôt pour partager l’exposition à Épaux-Bezu.

Cette biennale a le soutien de la Région Haut de France, la Communauté d’Agglomération de Château Thierry et les Amis de Lizières.

Bienvenus à AïE, Poésie et Bande Dessinée.

www.lizieres.org

Nathanaëlle Quoirez

le samedi 23 mai 2020

Visage

autre
je t’invoque
par la détresse
et la disgrâce commune

autre
refuge de statut
quand le banc de silence
a fait tremblé le poids du cierge

autre
corps de liesse
mari jamais vécu

autre
lecture penchée
neige des chairs de course

neigeuse, neigeuse
tu as volé l’hiver capital de mon visage

autre
génial d’horizon
ta main quiconque te réclame

autre
flux du siècle
hôte de l’ombre et du jouir

autre
poutre de l’os
et combien architecte

tu parles sans discontinuer de la mort silhouette

autre
ministère
nom de passions flétries

autre
convive étreinte de force
aréole ceint du solitaire

je te contemple sans substance comme un bouquet obscur

autre
innocenté
proie du nombre

autre
après le je suis
sang céleste de plus de 33 ans

autre
attendu vivant
squelette d’angoisse
giboulées allaitantes

ô fardeau d’ivresse ton buste m’est revenu au ventre

autre
palier des lèvres
toison de nuit

autre
jour de connivence
nu fidèle et chaud

asphodèle tu guettes mon sourire j’ai consenti

autre
membre puéril
vieux soleil croix endeuillé

autre
barbare complice
de la caresse et de la ruine

autre
chaque fois
déchiré et vaste
dans le mouvement récitatif

autre
verbe hanté
que prononce l’âme d’effroi

opaque maintenant comme une mer acharnée sous la méprise

autre
silence d’abord
de périr maintenant

autre
insupportable
pluriel gracié
puissante joue du rire

autre
brûle à bouche ouverte
le cœur de l’agonie

autre
debout indemne
illisible et déchu

mange indigne tes lèvres froides tu m’emplis de toutes tes odeurs

autre
paupière immobile
charpente défoncé d’extase

autre
baigné certes
de disparition

autre
fente ouverte
et accomplie

autre
je te soumets maintenant
à la gravité de ma langue
au sel confus des suppliantes

sois autre le ruissellement perpétuel de mon poème.

 

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.