Biennale de la poésie 2020

Il y a un virus qu’il est bon d’attraper en souhaitant qu’il ne nous quitte jamais :
c’est le virus de la poésie.
La poésie c’est avant tout une philosophie de vie, une façon d’aborder tous les sujets du vivant avec curiosités et élans.
La poésie nous protège, nous défend et nous soigne.
C’est pour cela qu’en ces temps de confinements nous avons opté pour la proposition d’une édition de la biennale de la poésie avec les écrans comme fenêtre vers ce qui se passe à Lizières.
Lizières, centre de cultures et de ressources, est à l’origine de la biennale.
La première édition était dédiée à la zone fertile qu’il peut y avoir entre poésie et philosophie.
Pour celle-ci c’est l’espace entre poésie et bande dessinée que nous proposons aux artistes qui viennent en résidences à Lizières pour cette occasion.
Nous vous proposons ici un regard sur leurs travaux en attendant de vous recevoir bientôt pour partager l’exposition à Épaux-Bezu.

Cette biennale a le soutien de la Région Haut de France, la Communauté d’Agglomération de Château Thierry et les Amis de Lizières.

Bienvenus à AïE, Poésie et Bande Dessinée.

www.lizieres.org

Eléonore Pironneau

le lundi 18 mai 2020

J’avais 7 ou 8 ans et dans mon école catholique nous devions aller nous confesser chaque semaine.
Dans le confessionnal de bois ciré de la chapelle je m’agenouillais en face de la grille derrière laquelle se tenait le prêtre que je connaissais mais dont je ne voyais pas le visage. 
Je cherchais et cherchais des péchés à confesser mais ne trouvais jamais quoi dire.
Alors j’inventais de petites fautes pour avoir quelque chose à raconter. 
Version corrigée de mon passé dans cette séquence images-texte.
E.P.

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Eléonore Pironneau

le lundi 20 avril 2020

La direction ne répond pas des objets perdus (Vide-grenier II)

On a perdu Papi. Moi je dis qu’on l’a

vendu. Avec sa carafe Ricard jaune

et les verres d’apéro, le pot

d’échappement de son Harley, le poster

de Jésus qu’était dans l’entrée, sa

collection de Oui-Oui. On a fait un

lot et il est parti avec les gens, des

américains il paraît. Mamie dit que

ça lui est égal.

 

Site web : Eléonore Pironneau

2 réponses à “La direction ne répond pas des objets perdus (Vide-grenier II)”

  1. Sofie Dieu dit :

    Superbes photos et texte dont la fragilité me touche beaucoup

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.